De la parlotte ...·Grossesse·Patamam se confie...

L’accouchement, on en parle?

L’accouchement, ce fameux moment où l’on rencontre enfin le petit être tant attendu !

Je vais vous parler du mien. Mon accouchement. Ce sujet encore douloureux à évoquer …

Même si j’ai eu une grossesse en OR, l’accouchement ne l’était pas.

La naissance était prévue pour le mercredi 09 septembre 2015. Le week-end qui a précédé, nous avons fait que marcher, pendant des heures, qui m’ont semblé interminables ! Mais rien, pas la moindre contractions. De ce fait, du mercredi, direction la maternité pour un contrôle. Résultat: tout va bien, col modifié et ouvert à 2 cm (ou doigts, je ne sais jamais ce qu’on doit dire) mais retour à la maison, si pas de contractions rapprochées ou de perte des eaux, on doit revenir du vendredi matin pour un nouveau contrôle. Je vous laisse imaginer ma joie (ironie), mais surtout mon angoisse ! (Pourquoi mon bébé ne voulait pas sortir? Etait-ce normal?)

Vendredi 11 septembre 2015, 09h00, maternité nous revoici !!! Rien n’avait changé depuis le mercredi, de ce coup là j’ai eu le droit à un décollement des membranes.

Mon Dieu Seigneur ce que ça fait un mal de chien !!!!!!!

Je regardais mon mari en essayant de lui faire comprendre « Purée fais en sorte qu’elle sorte sa main de là !!!!!!!!!!! » Si rien ne se passait, j’avais rendez-vous dimanche 13 septembre 2015 pour un déclenchement. Retour à la maison, impossible de m’asseoir (c’est qu’elle m’avait vraiment fait mal la sage-femme !) et je saignais pas mal quand même. Mais toujours pas de contractions. Mon mari est donc retourné travailler. A 14h00, première contraction. Je l’ai senti passé, mais je me suis dit que si c’était ça, je pouvais les supporter. Sauf que la suivante est arrivée qu’à 15h00. Et à partir de là, j’en ai eu toutes les 10min, jusqu’a 18h00, puis toutes les 5min.

Du soir, on était invité pour une raclette chez mes beaux-parents. Ou là là que c’était dur de tenir, j’allais vraiment mal (mais, ce n’est pas pour me la raconter, mais je trouvais ça gérable encore). Quand nous sommes partis, vers 22h30, ma belle-mère nous conseilla d’aller à la maternité. HORS DE QUESTION !!! J’étais épuisée, ça faisait plusieurs semaines que je n’arrivais pas à dormir, il FALLAIT que je dorme au moins quelques heures avant d’y aller. Mais à 23h30, j’avais tellement mal qu’on est quand même parti. Mais devinez quoi?! « Fausse alerte, rentrez chez vous… » On rentre donc, épuisés bien évidemment, mais impossible de dormir, les douleurs étaient de plus en plus fortes. A 02h30 du matin, je me lève pour aller aux wc (oui, ce n’est qu’un détail mais bon, j’ai dis que je racontais tout non ?) et là, ma culotte mouillée. Tiens, tiens bizarre. J’appelle donc mon mari (qui ne se lève pas du lit, mais me répond à travers l’appartement) « Loulou, regarde si le matelas est mouillé car ma culotte l’est« . Un peu dans le gaz, il me répond « Non, juste un peu sur le bord mais sinon, non. Ce n’est pas du pipi t’es sûre? » (Oui bon, faut l’excuser heiin, je vous rappelle qu’il est 02h30 du matin !!!!!) Je décide quand même d’aller dans la salle de bain, pour me changer et là « SPLASH« . J’ai perdu les eaux ! J’ai eu l’impression de faire pipi, sans le sentir, enfin une drôle de sensation. Inutile de dire que j’ai paniqué surtout que « RE-SPLASH« , ça coulait et j’avais déjà « utilisé » une serviette de bain.

J’ai été extrêmement surprise pas la « cool-attitude » de mon mari. Il a été parfait. Il parlait calmement, a pensé à prendre une troisième serviette, il respectait les limitations de vitesse (voire même en dessous), il essayé de me rire, il me rassurait, bref…

P-A-R-F-A-I-T

De me côté, je me sentais soulagée, les contractions me paraissaient moins douloureuses. DU MOINS, les 4 premières !!!!! Celles qui ont suivi ont été un vrai calvaire. J’ai cru que j’allais y laissé ma vie ! (Bon ok j’exagère un peu mais quand même, le niveau de douleurs avait vachement augmenté !!)

Arrivée à la maternité, vers 03h15, PLUS DE PLACES EN SALLES D’ACCOUCHEMENT !!!!!! Vous avez déjà entendu ça vous ? 9 salles (ça m’a paru PEU) et les 9 salles étaient prises ! Pour combien de temps? Jusqu’à ce que leurs bébés naissent !!!! Qui dit « pas de salles disponibles » dit « pas de péridurale » !!!! Je me suis retrouvée en salle de monito, aux urgences, à souffrir le martyre, pleurer comme une fillette de 2 ans, à attendre qu’une poule décide de pondre son oeuf ! Mon pauvre mari qui a dû me supporter, supporter mes pleurs, lui qui était si fatigué et qui se sentait si impuissant !

Je n’ai pu aller en salle d’accouchement et donc avoir la péridurale, qu’à 07h30 !

Et là, le bonheur !! D’ailleurs la première chose que j’ai dit c’est « Le gars qui a inventé ça est un génie !!!! » Une looooongue journée nous attendait. Mon mari en a profité pour dormir, manger et encore dormir. Pour moi c’était un peu plus difficile, car je mets déjà presque 1h à m’endormir et avec les aller-retour incessants des sage-femmes , c’était assez compliqué.

A 17h00, Bébé était en forte détresse, son petit coeur ne savait plus trop quoi faire. Ils lui ont fait un petit test pour savoir s’il allait « bien ». En attendant les résultat, ils ont essayé de me faire pousser, j’étais ouverte à 8cm. Malheureusement je n’ai pas eu le temps de finir ma première poussée, que 7 médecins habillés en vert, sont arrivés en disant « On passe en césarienne d’urgence, Code ???? (je n’ai plus le souvenir du -nom de code- ) »  Mon mari s’est retrouvé « projetté » sur le côté.

A partir de ce moment, la panique m’a envahi et je me suis effondrée. J’avais tellement peur, d’une part de ne pas voir mon bébé, qu’il n’y survive pas, ou moi et d’autre part, de l’opération en elle-même.

J’avais tellement idéalisé cet accouchement. Bien sûr, je savais qu’une césarienne était possible, mais tout se passait si bien. Et je trouve qu’on ne prépare pas assez les futurs parents à cette épreuve. J’avais besoin qu’on m’explique ce qu’il était en train de se passer. J’avais besoin de mon mari. Je lui répétais « J’ai peur… » et il me répondait la même chose.

Les médecins m’ont quand même fait poussé, deux fois et Eliott est arrivé à 18h06, lorsque l’on a entendu son cri, une joie et un soulagement se sont emparés de nous. Et on a pleuré, tellement pleuré. Ils ont emmené mon petit garçon, son Papa l’a suivi.

Et pour moi le cauchemar a continué. Allongée façon « Jésus Christ », j’étais frigorifiée et je n’avais envie que d’une seule chose c’était de voir mon bébé, de voir mon mari et… de boire!!!!!!  3 médecins sont venus me voir à tour de rôle pour me dire « Vous savez, la césarienne était inévitable.« , « S’il n’y avait pas eu la césarienne, votre petit garçon ne serait pas là… » ( Très rassurant, sachant que je ne l’avais vu qu’une demi-seconde). Je suis arrivée en salle de réveil à 21h00, j’étais épuisée. Je m’endormais sans même m’en rendre compte. Ils m’ont mis mon petit garçon dans les bras et j’ai senti un amour immense m’envahir, cette toute petite chose, ma petite merveille était là. Il se portait parfaitement bien (jusqu’au lendemain, mais j’en parlerai une autre fois).

J’ai eu énormément de mal à accepter cet accouchement à grande vitesse. Et particulièrement, l’après-coup, j’ai eu du mal à accepter la césarienne. La grossesse a transformé mon corps certes, mais j’ai accepté cela.

Par contre, la césarienne m’a abîméFrankenstein, c’est moi

Alors je sais, ce n’est rien à côté de ce que d’autres vivent ou ont vécu. Mais pour moi, c’est beaucoup. Aujourd’hui, ça fait 4 mois et ça va un peu mieux avec ça. Mais j’ai encore un peu de mal à accepter ce corps qui est le mien… (surtout avec le regard des gens !!!!!)

D’ailleurs sur ce sujet, il y a un EXCELLENT article de Maman Floutch (ici), qui reprend très bien mon état actuel, et d’ailleurs celui de beaucoup de mamans je pense. N’hésitez pas à vous abonnez à Maman Floutch, c’est une maman adorable, dans l’air du temps !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s